Stygian: Reign of the Old Ones, un RPG déroutant sur les traces de Lovecraft

stygian-reign-of-the-old-ones

Stygian: Reign of the Old Ones

  • Date de sortie initiale : 26 septembre 2019
  • Développeur : Cultic Games
  • Éditeur : 1C Entertainment, 1C Company
  • Plates-formes : Microsoft Windows, Mac OS
  • Catégorie : RPG

Lovecraft est une source inépuisable d’inspiration dans le cinéma, la littérature et même les jeux vidéo. Et aujourd’hui, ce n’est pas mentir de dire que c’est un peu la mode de décliner à toutes les sauces le mythe de Cthulhu et plus généralement le bestiaire lovecraftien ainsi que ces décors empreints d’une noirceur dérangeante. S’il y a du bon dans tout ça, la lovecraftmania fait naître aussi de beaux navets, et ce, quel que soit le support. À en croire les commentaires, Stygian: Reign of the Old Ones ferait partie de ces mentions déshonorantes. Pourtant, un jeu de rôle se déroulant dans les années 1920 dans un Arkham coincé dans une dimension parallèle, c’est prometteur ! Mais les retours sont plutôt mitigés pour ce jeu indépendant financé sur Kickstarter en 2016 et j’ai voulu vérifier pourquoi.

Une grande liberté quant à la création du personnage

Avant de plonger dans les méandres des inspirations lovecraftiennes de Stygian: Reign of the Old Ones, il faut passer par la sempiternelle étape de création du personnage. Parmi les possibilités qui s’offrent à vous, le choix du sexe, l’âge, qui vous permet d’obtenir des points supplémentaires d’attributs et de compétences, l’archétype, correspondant dans les grandes lignes au background et le système de croyances qui détermine comment vous pourrez au long de l’aventure regagner de la santé mentale.

Réfléchissez bien à ce point-là, dans Stygian: Reign of the Old Ones, la santé mentale est presque plus importante que la santé physique. Puis, reste à déterminer les attributs : physique, agilité, esprit, volonté, etc. – que vous ne pourrez pas augmenter durant la partie, décidément, c’est la mode – et les compétences : armes à feu, sorcellerie, enquête, etc.

Si Stygian: Reign of the Old Ones est réputé être un jeu difficile, votre personnage sera tout le long de l’aventure en bonne compagnie (2 compagnons + un PNJ selon les quêtes). Ainsi, avec un peu de jugeote, en équilibrant les différentes feuilles de ses amis, l’aventure reste tout à fait abordable. Et si la création du personnage n’est pas votre fort, vous pouvez toujours piocher dans les archétypes préconçus.

Sur les traces de l’homme lugubre

homme-lugubre-stygian

Oh, mais il faut tout noir ici…

L’entrée en matière est des plus étonnante. Notre personnage se réveille en pleine nuit dans ce qui semble être une chambre de fortune, aménagée dans un grenier, les paupières encore engourdies par le sommeil. Il fait sombre et seule la lueur d’une petite lanterne posée dans un coin brise ce climat peu engageant. Tiens, il semble que nous ne sommes pas seuls… À l’autre extrémité de la pièce se tient un personnage pour le moins intrigant. Un homme, vêtu de violet, semble nous observer avec insistance, puis tourne les talons et disparaît dans la pénombre. Que faire ? Le suivre. Effectivement, c’est non sans mal que nous levons du matelas sommaire qui nous sert de couchage, saisissons la lanterne qui nous sera fort utile dans l’avenir et nous lançons à la poursuite de l’étranger.

reveil-stygian

Drôle de manière de danser…

C’est en robe de chambre que débute le périple à travers les rues d’Arkham. Les bâtiments sont décrépis, les habitants s’adonnent à une valse macabre puis sont en proie à une mystérieuse folie qui les pousse à … s’entretuer. Bref, le ton est donné. Dans Stygian: Reign of the Old Ones règne une ambiance hautement anxiogène. La bonne nouvelle, c’est que cette première excursion n’est qu’un rêve. La mauvaise est que la réalité est bien pire. Une fois réveillé, cette fois pour de bon, l’homme lugubre nous invite à le rejoindre. Voici une quête pour le moins originale ! Comment diable retrouver un individu qui semble relever d’un songe maudit ? Surtout qu’à Arkham, depuis le Jour Noir, tout n’est que désolation. La ville est déchirée d’une part par les exactions du Culte et de l’autre par la mafia. Les ressources indispensables se monnaient contre des “clopes” et autant le dire, les temps sont durs !

Cool, une statuette Cthulhu, la suite de l’histoire paraît alléchante.

Stygian: Reign of the Old Ones : un jeu délicieusement verbeux

description-personnage-stygian

Les descriptions narratives sont dans le ton.

Maintenant que l’ambiance est posée, parlons de ce qui fait la profondeur de ce titre qui pourtant ne paye pas de mine : la narration. Contrairement à certains très bons RPG où les PNJ rencontrés peuvent  manquer cruellement de personnalité, dans Stygian: Reign of the Old Ones c’est tout le contraire. Chaque dialogue permet d’en savoir davantage sur les mythes et légendes lovecraftiens, d’écouter de palpitantes anecdotes d’avant le fameux Jour Noir, sans oublier les compagnons avec lesquels il est possible de tisser un semblant de romance (Oui oui, comme dans Baldur’s Gate).

romance-stygian-reign-of-the-old-ones

Mon premier rencard avec un compagnon (l’Étranger).

En fait, la narration est si prenante qu’à aucun moment on n’est tenté de cliquer au hasard pour mettre fin au dialogue, et surtout, il vaut mieux éviter, une mauvaise réplique pouvant avoir des conséquences désastreuses – par exemple la mort…

Mention spéciale également aux différents carnets, journaux de notes, plans, affiches dont le joueur se détecte non sans gourmandise. L’univers de Stygian: Reign of the Old Ones est résolument réaliste et chaque petit détail de ce type lui donne une profondeur bien enviable. Néanmoins, la version française semble comporter quelques bugs : code source s’affichant à la place d’une réplique, coquilles, mots non traduits.

… et transcendant d’imagination

Autre aspect déroutant de Stygian: Reign of the Old Ones : la richesse des différents tableaux. Dans la plupart des jeux que j’ai pu tester auparavant, les décors étaient parfois sans grande finesse. Or, sans être trop tatillonne sur les graphismes, l’ambiance graphique y est pour beaucoup question immersion. Vu l’univers et l’inspiration, on attend de Stygian: Reign of the Old Ones beaucoup de noirceur. Et ne vous en faites pas, de côté-là, on en a pour son argent. Mais la bonne surprise, c’est qu’entre deux tableaux baignés de sang, de créatures surnaturelles, de mafieux avec de gros flingues et autres gentleman, apparaissent subrepticement des petites scènes reposantes, très colorées mais qui suscitent une sorte de malaise tel un néant onirique.

baronne-stygian.jpg

Un peu perché, n’est-ce pas ?

Aussi, l’aventure est ponctuée de petites cinématiques qui viennent approfondir un embranchement de l’histoire ou tout simplement illustrer une quête. Comme elles s’inscrivent dans la continuité de l’action, elle ne pallie pas la dynamique du périple dans Arkham, au contraire elles lui donnent beaucoup plus de corps. Ainsi les différents meurtres, fantaisies du culte et même certains événements aléatoires sont complétés avec ces courtes animations qui, bien que parfois dispensables dans l’histoire principale, savent contenter les joueurs avides de quelques bonus.

culte-fanatique-stygian

Le fanatisme tue…

L’important n’est pas de gagner, mais de survivre

Paradoxalement, dans Stygian: Reign of the Old Ones la difficulté ne réside pas vraiment dans les combats. Certes, l’affrontement au tour par tour de certaines créatures est plutôt ardu et il vous faudra de préférence un bon personnage mêlée dans l’équipe et au moins un occultiste – les sorts étant relativement badass. Mais, finalement comme on le découvre assez rapidement, au bout de quelques échanges de tir, dans Stygian, pas besoin de tuer tous les ennemis pour que le combat soit considéré comme gagné. Il suffit d’utiliser les lieux d’évacuation (une zone de fuite), une fois qu’ils sont disponibles. Et à vous l’XP et le loot. Donc, sauf lors de quelques boss où il faudra faire chauffer les méninges pour concevoir une stratégie, de ce côté-là c’est plutôt facile.

Stygian: Reign of the Old Ones

Le problème avec ces créatures c’est qu’on ne sait pas trop où est la tête...

Ce qui l’est moins, c’est la gestion de votre personnage hors combat. En effet, outre la santé physique, il vous faut également gérer la santé mentale sous peine de sombrer dans la folie (et le game over). À noter aussi qu’une santé mentale au plus bas génère de l’angoisse, qui donne lieu à une sorte de montée de niveau parallèle où il faut choisir des compétences qui octroient des malus. La santé mentale est mise à mal principalement par les visions d’horreur : la vue d’un cadavre, d’une cérémonie hérétique, de phénomènes bizarres, bref tout ce qui est inhabituel. Aussi, lors des déplacements entre les zones, des événements aléatoires et peu catholiques contribuent à cette perte de santé mentale tant précieuse et qu’il faut savoir maintenir à niveau correct. Pour ce faire, impossible d’échapper à l’usage de drogues ou d’alcool qui soit dit en passant coûtent une blinde en clopes (monnaie local du jeu). Or, la consommation de telles substances créée des addictions. Et les addictions entraînent un manque que le pharmacien peut vous soigner moyennant une contrepartie un peu humiliante…

Stygian: Reign of the Old Ones

Allez, une p’tite photo M’dame, et on voit après pour votre petit problème de cocaïne…

Autre point important, la faim et la fatigue. Si la première est régulée par l’achat d’appétissantes boîtes de conserve, la seconde peut être endiguée par un dodo dans le grenier miteux d’un bar ou par une agréable session camping au coin d’un feu. Lors des phases de repos, les compagnons peuvent utiliser différents talents pour améliorer la santé physique ou mentale d’un congénère, déchiffrer des sorts, découvrir des plans pour l’artisanat, d’où l’importance d’avoir au moins un personnage maîtrisant la médecine histoire de pas avoir à se droguer toutes les deux secondes et faire des rêves assez déroutants. Néanmoins, notez que le camping n’est possible qu’à de rares endroits du monde de Stygian: Reign of the Old Ones, mieux vaut donc user de quelques petits procédés récréatifs pour pallier les caprices de vos personnages.

Stygian: Reign of the Old Ones : une fin qui fâche

Si ce petit tour d’horizon permet de se faire une idée quant aux multiples péripéties et expériences fascinantes présentes dans Stygian: Reign of the Old Ones, il faut tout de même mentionner le gros défaut du jeu et qui lui fait perdre la 6e pépite qu’il méritait pourtant. En toute honnêteté, cet opuscule n’a quasiment aucun temps mort et l’aventure évolue crescendo au rythme des différentes découvertes toutes les plus étonnantes les unes que les autres.

Stygian: Reign of the Old Ones

À mon sens l’une de plus belles scènes du jeu.

Arrivé au paroxysme de la narration, sur fond de rebondissements et de mini-tableau transcendants, le joueur est excité à l’idée de découvrir encore les mystères de ce monde, mais… voilà qu’arrive l’écran des crédits. Incrédule, on pense à un bug, ou encore à une mauvaise réplique sélectionnée dans le feu de l’action. On recharge alors une ancienne sauvegarde. Mais non, pareil. On consulte alors son journal de quêtes. Tiens, tiens, cette quête-là, n’est pas terminée, celle-là non plus, la trame principale quant à elle est négligemment résumée dans la cinématique. Et tout cela n’incombe pas au joueur, puisque techniquement, il est impossible de les compléter avant… En fait, c’est un peu comme acheter une trilogie de livres et une fois arrivé à la fin du tome I se rendre compte que les volumes II et III sont résumés sur deux pages tirés de la Wikipédia. Clairement, je ne sais pas quel est le délire, mais Stygian: Reign of the Old Ones est un jeu inachevé. Voilà donc ce qui explique la farandole de commentaires des joueurs mécontents.


Les +

  • Le système de croyances qui influe sur la santé mentale et qui oblige paradoxalement à une certaine rigueur de l’esprit.
  • La possibilité d’entamer une romance avec un compagnon (testé avec un personnage féminin).
  • Des embranchements de quête généreux (celles terminées…) et la possibilité d’user de ses talents oratoires.
  • Une direction artistique clairement inspirée tant à travers les graphismes type comics qu’à travers la bande-son qui représente la diversité des différents tableaux.
  • Des énigmes, bien que pas trop difficiles assez originales et plaisantes à résoudre.
  • La sorcellerie est plutôt amusante à manier et assez OP.
  • Le bestiaire what the fuck, totalement perché (je pense à la créature au zizi rose dans une maison qui cherche son fils)
  • L’univers des rêves plutôt bien exploité, transcendant et à l’imaginaire débordant.

Les –

  • Quelques bugs qui mériteraient quand même un petit patch.
  • Pas mal d’éléments originaux implantés, et qui auraient pu faire l’objet d’une quête, mais pas exploités.
  • Le rush de la fin ne laisse aucune possibilité d’acheter des provisions, si vous n’avez pas fait le plein, reste plus qu’à charger une vieille sauvegarde.
  • La quête principale reste en suspend (déchiffrage du poème) et lorsque l’émotion et l’immersion dans le jeu atteint son paroxysme, l’expérience prend brutalement fin.

 Note Globale de Stygian: Reign of the Old Ones

Avant de finir le jeu, je me réjouissais et clamais déjà sur tous les toits : “Enfin, j’ai trouvé mon 6 pépites de l’année 2020, ça sera Stygian: Reign of the Old Ones”. Et en fait non, clairement le jeu n’est pas fini, si durant 15 heures, on a des étoiles dans les yeux tant l’expérience est déroutante, la fin brutale et la résolution de la quête principale en mode “tiens regarde la cinématique de 10 sec et a + dans le bus”, je suis désolée, mais ce n’est pas acceptable. Bref, Stygian: Reign of the Old Ones est un chef-d’œuvre avorté, et c’est dommage, mais retenons tout de même l’immense richesse de tous les points positifs qu’il a à nous offrir.


Le mot de la fin : Stygian: Reign of the Old Ones est vendu comme un jeu complet mais finalement ressemble plus à un titre qui se prête à au moins un chapitre supplémentaire. Tant qu’aucun projet de ce type n’est en vue, il est malheureusement impossible d’être pleinement satisfait de son expérience vidéoludique. Toutefois, ayant expérimenté bon nombre de RPG, je tiens à souligner qu’il y a un réel effort de proposer une aventure originale et résolument perchée. Sincèrement, je conseille à tout féru de RPG verbeux de jouer à Stygian: Reign of the Old Ones, de tenter l’expérience parce qu’il y a énormément à en tirer.

5 1 vote
Article Rating
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments