Atom RPG, digne successeur de Fallout ?

Temps de lec­ture : 6 min­utes

Dernière mise à jour le 6 sep­tem­bre 2022 par Femel­leAl­pha

Atom RPG : post apocalyptic indie game

  • Date de sor­tie ini­tiale : 28 novem­bre 2017
  • Développeur : Atom Team
  • Édi­teur : Atom Team
  • Plates-formes : Microsoft Win­dows, iOS, Lin­ux, Mac OS
  • Caté­gorie : jeu de rôle, RPG
Comme la tra­duc­tion française n’est pas encore disponible, j’ai testé celle faite par des fans, en cours d’achève­ment. Ne vous éton­nez donc pas s’il y a des screens de dia­logues en français et… en anglais !

Atom RPG, un Fallout post apocalyptique à la soviétique ?

Après avoir saigné le deux­ième très bon jeu du stu­dio indépen­dant Iron Tow­er, Dun­geon Rat, j’ai voulu chang­er un peu d’u­nivers, en restant tou­jours dans le RPG – parce que c’est mon genre de prédilec­tion, en tes­tant cette fois quelque chose de post-apoc­a­lyp­tique. C’est alors que j’ai enten­du par­ler d’Atom RPG, dévelop­pé par un stu­dio russe qui se tar­gue d’être le digne suc­cesseur de Fall­out. Intéres­sant ! Moi qui ai trou­vé Fall­out 3 et 4 plutôt fades, j’ai pris quand même du plaisir à joueur à New Vegas, sans toute­fois y retrou­ver l’âme des deux pre­miers opus de la licence. Alors Atom RPG, un genre de Waste­land ? Pourquoi pas ! le jeu méri­tait d’être testé.

Bref, comme pour tout RPG, l’aven­ture com­mence par la créa­tion du per­son­nage ou le choix d’un per­son­nage pré­fab­riqué. On retrou­ve les car­ac­téris­tiques et sta­tis­tiques habituelles (qui ne pour­ront être aug­men­tée au fil du jeu) et les com­pé­tentes fort utiles pour votre survie dans les ter­res désolées. Vous pou­vez aus­si choisir des dis­tinc­tions pour vous spécialiser.

Chaque mon­tée de niveau débloque la pos­si­bil­ité d’amélior­er votre arbre de tal­ents, ce qui n’est pas négligeable…

Inspiré de Fall­out vous avez dit ? Eh bien, c’est tout à fait ça. Vous êtes mem­bre d’A.T.O.M. une organ­i­sa­tion mil­i­taire secrète et votre pre­mière mis­sion con­siste à aller sur les traces de l’ex­pédi­tion du général Moro­zov qui se serait dirigée vers le Bunker 314, vos recherch­es com­menceront donc par là, et l’aven­ture sera loin d’être une par­tie de plaisir…

avion-atom-rpg

Une belle représen­ta­tion de car­casse d’avion !

Par­lons un peu de l’aspect visuel d’Atom RPG .Je fais par­tie de ces per­son­nes qui pensent que la qual­ité des graphismes ne fait pas la qual­ité d’un jeu. Atom RPG est fait pour ceux qui aiment les jeux old-school et en ce sens, son décor répond au cahi­er des charges. Si vous êtes fam­i­li­er de la langue russe, il est tou­jours amu­sant de voir com­ment les développeurs ont soigné les tags ou encore les enseignes des bâti­ments. Pour­tant, ces graphismes man­quent cru­elle­ment d’âme. Les dif­férentes zones sont fades et on reste rapi­de­ment sur sa faim (bien que la zone du cirque soit très sympa).

Lire plus :  Stygian: Reign of the Old Ones, un RPG déroutant sur les traces de Lovecraft

Un jeu qui ne pardonne rien

Dès les pre­mières min­utes de jeu, vous vous faites détrouss­er par une bande de ban­dits, avec comme équipement de survie une sim­ple gourde d’eau pour affron­ter un monde nucléaire et radioac­t­if où la nour­ri­t­ure et l’équipement sont des den­rées rares. Vous pen­siez trou­ver des car­touch­es et des armes dans le pre­mier shop venu ? Raté. C’est l’après-fin du monde je vous le rap­pelle… Atten­tion aus­si à ne pas traîn­er trop près des car­cass­es de bus ou de voiture qui sont haute­ment radioac­tives, ni à respir­er les nuages verdâtres trop longtemps… Pré­parez-vous psy­chologique­ment, le jeu est dur, très dur.

Vos pre­miers pas vous emmè­nent vers Otrad­noye et vous don­nent un aperçu de ce qui vous attend lors de votre longue errance dans les ter­res désolées. Le besoin con­stant de vous nour­rir, par­ti­c­ulière­ment pen­dant vos déplace­ments (et ça, au bout d’un moment, ça devient lourd). Par­lons-en d’ailleurs des “déplace­ments”. Atom RPG, n’in­clue pas de déplace­ments rapi­des, vous pour­rez certes un peu plus tard acheter une voiture unique, mais pour cela il vous fau­dra épargn­er plus de 10 000 rou­bles ou en répar­er une. Les allers-retours entre les dif­férents points d’intérêts sont répéti­tifs, bien que ponc­tués par des ren­con­tres, bien sou­vent dangereuses…

La bonne nou­velle, c’est que si comme moi, vous avez crée un per­son­nage qui a des tal­ents d’o­ra­teurs, ces mau­vais­es ren­con­tres pour­ront être facile­ment esquiv­ées. La mau­vaise, c’est qu’en mis­ant sur un per­son­nage diplo­mate, vous allez vous faire rouler dessus sans ménage­ment par les habi­tants et que vous ver­rez vite que cette sta­tis­tique est dis­pens­able. Si elle débloque des répliques assez sym­pa­thiques et des choix de dia­logue, vous ne pour­rez pas résoudre toutes les mis­sions paci­fique­ment, loin de là… D’où l’im­por­tance de bien vous entour­er. En effet, Atom RPG vous donne la pos­si­bil­ité de recruter des com­pagnons.

Lire plus :  Valfaris, un plateformer à l'ancienne musclé

Enfin bon, mal­gré tout cela, le jeu reste quand même un peu fun, ne serait-ce que par les gros clins d’œil aux valeurs uniques du com­mu­nisme et à l’his­toire de l’URSS.  Lors de votre aven­ture, vous ver­rez que la vod­ka est une alliée pré­cieuse (atten­tion à ne pas trop en boire, sinon votre per­son­nage risque l’al­coolisme), vous ser­rez amené à par­lementer avec des vil­la­geois pour organ­is­er des élec­tions en bonne et due forme,  moyen­nant quelques rou­bles, vous pour­rez observ­er la momie de Lénine telle­ment bien con­servée qu’on pour­rait croire qu’elle est vivante ou vis­iter un cirque instal­lé non loin d’une car­casse d’avion Aéroflot où une femme à barbe vous deman­dera de résoudre ses dif­férends, le tout sans oubli­er de vous con­former aux bons usages de gliss­er quelques rou­bles dans la main d’un tel pour déblo­quer l’en­trée à un bâti­ment administratif…

J’hallucine ou la momie a un œil ouvert ???

Venons-en au sys­tème de com­bat, parce que des com­bats, vous allez en faire ! C’est du tour par tour assez clas­sique avec un sys­tème SAEPIAL (non, non rien à voir avec le SPECIAL de Fall­out) ou vous pou­vez ten­ter de vis­er une par­tie du corps de votre adver­saire pour le met­tre hors d’é­tat de nuire plus rapi­de­ment… Pourquoi pas… En tout cas, placez-vous bien et économisez vos muni­tions si vous voulez faire long feu dans les ter­res désolées… Si vous avez des stim­u­lants ou des soins, vous pou­vez les utilis­er en com­bat, mais n’ou­bliez pas, inter­dic­tion de manger des cor­ni­chons ou du fro­mage un flingue à la main !

Alors, Atom RPG, digne suc­cesseur de Fall­out ou pas ? Ça je ne sais pas. Com­paré à Fall­out 2, il manque cru­elle­ment d’âme. Mais par rap­port à Fall­out 3 ou 4, on s’a­muse plus et on retrou­ve plus les mécaniques des pre­miers jeux. S’il faut com­par­er, je dirais que c’est un remake de l’u­nivers Fall­out, mais à la russe, avec une pointe d’ironie et d’hu­mour qui fait d’Atom RPG, un jeu qui vaut tout de même le détour.

La durée de vie

Pour le coup, on en a pour son argent. Il y a pas mal de lieux à explor­er, de quêtes annex­es, et Atom RPG est loin d’être linéaire. Vous serez amené à faire des allers-retours entre les dif­férentes zones, ne serait-ce que pour vous endur­cir et faire le plein de muni­tions. Une quar­an­taine d’heures me sem­ble le min­i­mum, et encore si vous avez per­tinem­ment exploité les compétences.

Lire plus :  The Age of Decadence, quand combattre est loin d'être une solution

La bande-son

Si l’in­tro­duc­tion s’avérait être promet­teuse, je déplore la fadesse de la bande-son du jeu. L’u­nivers est immer­sif, empreint de la cul­ture sovié­tique, mais cela ne se reflète pas au niveau des musiques. Inté­gr­er une petite radio comme dans Fall­out aurait été une très bonne idée. Mais ce manque est cer­taine­ment dû à un bud­get limité.


Les +

  • Le charme d’un jeu à la sovié­tique et dans bon nom­bre de mis­sions des clins d’œil.
  • Le côté décalé des quêtes et un back­ground fidèle aux stan­dards du genre.
  • Une nar­ra­tion plutôt fournie et bien amenée.
  • Un jeu loin d’être linéaire et qui laisse au joueur une grande liberté.
  • Une dif­fi­culté au ren­dez-vous, sans être toute­fois impossible.

Les -

  • Les déplace­ments de ville en ville trop répéti­tifs au bout de quelques heures de jeu.
  • La néces­sité de se nour­rir tout le temps (OK c’est pour le côté réal­iste, mais en fait c’est lourd).
  • Une bande-son qua­si-absente et un manque de diver­sité dans les dif­férentes zones.

Note globale de Atom RPG

Bon jeu, plaisir garanti.


Pour con­clure : Un RPG old-school qui a le mérite d’ex­is­ter et vous lancer sur les traces d’un monde rav­agé par la destruc­tion mutuelle atom­ique. Le game­play est inspiré de Fall­out et on y retrou­ve la plu­part des mécaniques. Si les quêtes sont assez nom­breuses et les zones aus­si, l’ensem­ble manque cru­elle­ment d’âme. Le charme d’Atom RPG, étant plutôt con­cen­tré dans toutes ces petites références aux inspi­ra­tions et aux cou­tumes sovié­tiques, traitées ici avec un humour assez cocasse. 

4.3 4 votes
Éval­u­a­tion de l’article
Résumé
software image
Note
1star1star1star1stargray
Note de Cul­ture Underground
4.5 based on 2 votes 
Nom du jeu
ATOM RPG
Plate­forme
Win­dows
Soft­ware Category
RPG
Prix
EUR 14.99
S’abonner
Notification pour
guest

2 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Emmanuel Pailleron
Emmanuel Pailleron
13 juin 2020 22 h 01 min

Bon­jour et mer­ci pour ce test ain­si que le lien vers la trad fr

2
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x
%d blogueurs aiment cette page :