The Age of Decadence, quand combattre est loin d’être une solution

The-Age-of-Decadence-rpg
Temps de lec­ture : 8 min­utes

Dernière mise à jour le 6 sep­tem­bre 2022 par Femel­leAl­pha

The Age of Decadence

  • Date de sor­tie ini­tiale : 14 octo­bre 2015
  • Développeur : Iron Tow­er Studios
  • Édi­teur : Iron Tow­er Studios
  • Plates-formes : Microsoft Windows
  • Caté­gorie : RPG

The Age of Decadence, un RPG qui se mérite !

À l’instar d’Inquisitor RPG que l’on vous a présen­té il y a quelques jours The Age of Deca­dence a égale­ment mis du temps pour sor­tir de sa coquille : près d’une dizaine d’an­nées. Si les détracteurs pointent des graphismes d’un autre âge, et une cru­auté du game­play omniprésente, pour pren­dre du plaisir en jouant à ce titre, il faut en saisir la dynamique et com­pren­dre que votre per­son­nage, qui n’est qu’un sim­ple humain, sans tal­ents par­ti­c­uliers, doit appren­dre à faire des choix. Et, comme le tuto­riel l’affirme, les com­bats ne sont pas tou­jours la meilleure solution…

Vous voici devant une auberge.

Le con­texte de The Age of Deca­dence prend place dans un univers post-apoc­a­lyp­tique quelques siè­cles après la lutte mag­ique sans mer­ci entre le roy­aume de Qan­taar et l’Empire qui a con­duit à la chute du monde tel qu’on le con­nais­sait. Les deux puis­sances ont invo­qué des dieux et des engeances obscures ce qui finale­ment les a anéanties toutes deux. Les grandes villes, autre­fois fleu­rons de l’humanité, ne sont désor­mais que champ de ruines. Dans ce chaos se sont instal­lées divers­es fac­tions qui lut­tent cha­cune pour le pou­voir dans un monde où le savoir de la sci­ence et de la magie n’est qu’un loin­tain sou­venir, où le men­songe et la trahi­son ont peu à peu rem­placé des valeurs tels que l’honneur…

Vous pou­vez cus­tomiser votre per­son­nage même si, soyons hon­nête, ce n’est pas la priorité.

C’est donc par­mi ces fac­tions que vous allez pou­voir faire vos armes. N’y voyez aucune oblig­a­tion, dans The Age of Deca­dence, vous êtes aus­si libre d’être un vagabond et de ne pas faire de choix. Toute­fois adhér­er à une guilde ouvre le champ de quêtes sec­ondaires plutôt rich­es : assas­sins, voleurs, mer­ce­naires, gardes impéri­aux, marchands, chaque mai­son vous offrant son lot d’ac­tions, d’in­trigues, de trahisons et de chas­s­es au tré­sor ce qui garan­tit à The Age of Deca­dence une excel­lente rejoua­bil­ité. Qui plus est, vous ver­rez assez rapi­de­ment qui si la loy­auté n’est pas votre dada, vous aurez le loisir de retourn­er votre veste à votre guise… Mieux vaut tout de même vous tourn­er vers une fac­tion en adéqua­tion avec les tal­ents de votre per­son­nage, sinon votre pro­gres­sion peut s’avér­er des plus dif­fi­ciles

L’aven­ture débute par la créa­tion de la feuille de votre per­son­nage. Tout comme dans Atom RPG, les sta­tis­tiques de base comme la force, la dex­térité, la con­sti­tu­tion, etc. ne pour­ront être aug­men­tées durant la par­tie lors de gain d’ex­péri­ence (pas de sys­tème de niveau dans AoD), il faut donc les choisir sci­em­ment. La fiche se divise en com­pé­tences mar­tiales et en com­pé­tences civiles. Notez qu’il vous sera impos­si­ble de créer un per­son­nage bon partout, c’est aus­si cela qui crée la frus­tra­tion chez cer­tains joueurs. On vous demande d’infil­tr­er furtive­ment une base, vous échouez et s’amorce un com­bat qui ne sera jamais en votre faveur. Vous devez égorg­er un adver­saire, c’est raté, voilà que ses copains rap­pliquent et con­traire­ment à vous, ils sont bien armés et un brin énervés. Peut-être que si vous aviez fait preuve d’un peu de diplo­matie en amont, une solu­tion plus favor­able aurait pu être trou­vée… Et dans The Age of Deca­dence, le per­son­nage per­suasif est tout à fait viable puisque vous pou­vez ter­min­er l’aven­ture sans même équiper une arme. Après, il faut savoir appréci­er ce type de gameplay…

Lire plus :  Someday you'll return, petit jeu, grandes ambitions

Une interface plutôt intuitive

Vous l’au­rez com­pris, The Age of Deca­dence n’est pas acces­si­ble au com­mun de mor­tels. Néan­moins, com­paré à d’autres titres du même acabit, l’in­ter­face du jeu est assez sim­ple à pren­dre en main. On peut reprocher un jour­nal de quête trop rudi­men­taire qui se lim­ite à annot­er l’ob­jet de vos mis­sions, mais c’est aus­si cela qui en fait son charme. Finale­ment avec un peu de jugeote, une lec­ture atten­tive des répliques de vos inter­locu­teurs et grâce au déplace­ment rapi­de pos­si­ble même entre deux zones d’une même ville, la réso­lu­tion des quêtes ne sera pas un obsta­cle à votre aventure.

Si vous n’êtes pas féru des allers-retours inces­sants, vous serez servis ! Chaque grande ville dis­pose de déplace­ments rapi­des intra-muros. 

Se déplac­er d’une ville à une autre grâce à un clic, c’est un sacré avantage.

Il en est de même pour le déplace­ment entre les zones (une ving­taine en tout et pour tout). Finies les ren­con­tres aléa­toires et tant mieux (surtout si vous êtes diplo­mate). Dans The Age of Deca­dence, point de longueurs on est immergé dans le jeu du début jusqu’à la fin.

Tou­jours au niveau de l’in­ter­face, l’inventaire est facile à manier et vous donne accès à l’élab­o­ra­tion d’armes, armures et potions si, bien évidem­ment, vous avez choisi d’in­ve­stir quelques points dans ces compétences.

inventaire-aod

Un inven­taire plutôt pratique.

Vous êtes arrivé… à Téron

presentation-age-of-decadence

Lors de chaque entrée dans une zone impor­tante, on a droit à un texte de présentation.

Direc­tion l’aven­ture ! Pre­mière étape de votre périple : Téron où votre maître de guide vous mis­sionne à la recherche d’un par­chemin qui con­tient des infor­ma­tions sur un étrange tem­ple en lien avec l’Ancien Monde. Cette tâche sera votre quête prin­ci­pale et s’avér­era beau­coup moins évi­dente que prévu. En effet, il vous fau­dra sou­vent manip­uler, intimider ou imiter vos inter­locu­teurs pour espér­er glan­er tout doc­u­ment utile à votre quête. Bien évidem­ment, en cas d’échec, il est tou­jours pos­si­ble d’u­tilis­er la manière forte… À vos risques et périls !

Il ne faut jamais énerv­er la garde impériale !

Le sys­tème de com­bat est très proche de celui de Dun­geon Rats, en même temps rien d’é­ton­nant, comme il s’ag­it d’une suite spir­ituelle de The Age of Deca­dence. Vous pou­vez donc à chaque action cibler une par­tie corps de l’ennemi pour le ralen­tir, l’empêcher d’at­ta­quer ou encore lui infliger des saigne­ments et ain­si en finir plus vite. L’u­til­i­sa­tion d’ob­jets est aus­si la bien­v­enue : potions, bombes, si tant est que vous ayez mis quelques points en alchimie ou arti­sanats, ces quelques fan­taisies auront vite fait de ren­vers­er l’is­sue d’un com­bat.  Toute­fois pas de pos­si­bil­ité de se soign­er en com­bat, mieux vaut être cer­tain d’être à la hau­teur de ses adver­saires. Après tout, si vous en êtes arrivé là, c’est que vous n’avez pas pris la peine de dis­cuter, or ne dit-on pas que la com­mu­ni­ca­tion est la clef de la réussite ?

Lire plus :  Atom RPG, digne successeur de Fallout ?

antidas-the-age-of-decadence

Une banale con­ver­sa­tion dans The Age of Decadence.

D’ailleurs, chercher à tout pris la bas­ton, c’est se priv­er de bon nom­bre d’échanges et une chose est cer­taine, la prose de The Age of Deca­dence est un plaisir à lire. Dif­fi­cile de rester insen­si­ble à la richesse des dia­logues. Toute­fois com­paré à bon nom­bre de RPG bien ver­beux, ici la nar­ra­tion reste dans la bonne mesure et on se plaît à crois­er les doigts pour que notre score en com­pé­tence civile soit assez élevé pour réus­sir à per­suad­er son inter­locu­teur… À chaque dia­logue, son lot de sur­pris­es, et con­traire­ment à l’avis de cer­tains joueurs, l’aspect jeu de rôle est bien présent dans The Age of Decadence.

Règle n°1 : Ce n’est pas parce que l’on pense être bon par­leur que c’est vrai­ment le cas…

The Age of Decadence : Prudence est mère de sûreté

Dans The Age of Deca­dence, le maître mot, c’est qu’il vaut mieux être méfi­ant, quitte à pass­er pour un gou­jat, que se jeter dans la gueule du loup sans ménage­ment. En effet, l’u­nivers est tout sauf fam­i­li­er. Durant les quelques pre­mières min­utes du jeu, vous appren­drez que non, il ne faut pas suiv­re chez lui un marc­hand qui se tar­gue d’avoir les plus belles armures, que partager un verre avec un prospecteur devant une bib­lio­thèque peut s’avér­er être un odieux strat­a­gème pour vous détrouss­er, bref tout le monde veut votre peau, et le con­cept d’ami­tié est à pren­dre avec des pincettes. Pour bien vous inté­gr­er, il faut en faire de même. Trahir sa pro­pre fac­tion peut vous amen­er son lot d’en­nui, mais si c’est pour accepter une offre alléchante par ailleurs, pourquoi pas ? Surtout que tout au long de l’aven­ture, 99 % de vos enne­mis ne sont en réal­ité que de sim­ples humains, plus ou moins entraînés au combat.

Maado­ran, devant le palais impérial.

C’est d’ailleurs cela qui fait la pro­fondeur de The Age of Deca­dence. Point de surenchère, exit les elfes, orques et créa­tures en tout genre. La seule fan­taisie est présente dans les lieux emblé­ma­tiques issus de l’an­cien temps où vous serez amené à résoudre des énigmes en tout genre si tant est que vous soyez ouvert à la con­nais­sance et au savoir : répar­er un ancien dirige­able, anéan­tir une ville entière (oups, j’ai pas fait exprès) et autre diver­tisse­ment. Et comme le décor est assez austère, on se délecte au fil de l’aven­ture de tout reli­quat de l’âge d’or. Ne comptez pas sur le fait de tout décou­vrir en une seule par­tie ! La réso­lu­tion des énigmes étant soumise à cer­taines quêtes annex­es ou au niveau de vos com­pé­tences, un seul et même per­son­nage ne peut s’of­frir le loisir de par­courir chaque recoin du monde de The Age of Deca­dence. Surtout que par­fois, si vous esquiv­ez une zone, le futur se déroule sans vous…

Lire plus :  Golden Sun, le caviar du RPG sur console portable

En tout cas, après 5 par­ties et 5 fins dif­férentes, je doute d’avoir goûté ne serait-ce qu’à 60 % du jeu…

 zamedi-the-age-of-decadence.jpg

Zamé­di, un haut lieu vénéré par les fanatiques.

Afin de clô­tur­er ce test, qui, je l’e­spère vous don­nera envie d’es­say­er ce titre atyp­ique, un mot sur la bande-son. Si les bruitages sont assez rudi­men­taires et qu’il n’y a absol­u­ment aucun dou­blage, l’am­biance sonore est en adéqua­tion avec le côté épuré du reste du jeu. Néan­moins les musiques de fond sont plutôt abon­dantes et chaque thème cor­re­spond à une zone ou à une autre de la carte. Par con­tre, il faut aimer les phrasés empreints de spleen. Mais après tout, que peut-on atten­dre d’autre d’un monde où la lutte entre deux camps a entraîné leur destruc­tion mutuelle ?


Les +

  • Une excel­lente rejoua­bil­ité. Chaque fac­tion mérite d’être jouée et vous pro­pose des quêtes qui lui sont propres.
  • Une nar­ra­tion très riche et poé­tique, sans être too much.
  • Une belle dynamique avec des énigmes à résoudre pour faire fonc­tion­ner de vieilles machines.
  • La diplo­matie est un excel­lent atout et il est pos­si­ble de ter­min­er le jeu sans affron­te­ment – un luxe pour ceux qui aiment relever ce genre de défis.

Les –

  • Moins d’une ving­taine de lieux à explorer.
  • La quan­tité de quêtes sec­ondaires pour­rait être plus généreuse (mais la rejoua­bil­ité compense).
  • Des villes assez vides. Vous ne pou­vez ni entr­er dans toutes les maisons ni par­ler à tous les per­son­nages. Mais bon, c’est plutôt réal­iste : dans la vie on n’entre pas comme ça chez le pre­mier quidam venu et il est mal­venu d’en­tamer une con­ver­sa­tion avec quelqu’un qui n’a pas été présenté.

Note globale de The Age of Decadence

The Age of Deca­dence, soit on l’adore, soit on le déteste, mais une chose est sûre, ce titre mérite ample­ment sa place dans les annales ! 


The Age of Deca­dence est une véri­ta­ble pépite, c’est le cas de le dire. Il s’ag­it de l’un des rares RPG où la plu­part des enne­mis ne sont en fait que de sim­ples humains à l’instar du per­son­nage prin­ci­pal. De plus, l’absence de magie, mais la présence d’objets de l’Ancien Temps per­met une immer­sion dans un univers réal­iste sans toute­fois le lés­er d’une pointe de mys­tère. Aus­si chaque échange avec un PNJ influ­ence le cours de l’histoire ce qui fait de chaque par­tie une expéri­ence iné­gal­able. Sans oubli­er de men­tion­ner la dif­fi­culté plutôt corsée qui rend le chal­lenge inédit.

5 1 vote
Éval­u­a­tion de l’article
Résumé
software image
Note
1star1star1star1star1star
Note de Cul­ture Underground
5 based on 3 votes 
Nom du jeu
The Age of Decadence
Plate­forme
Microsoft Win­dows
Soft­ware Category
RPG
Prix
EUR 10.79
Page du jeu
S’abonner
Notification pour
guest

12 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
AbounI
AbounI
28 mai 2020 23 h 50 min

Mer­ci pour ce review Femel­leAl­pha qui rend jus­tice à ce titre. Une pen­sée pour Ivan, maître des ani­ma­tions dans AoD (empaler un adver­saire et le voir s’en­fon­cer sur la lance pointée vers le ciel, c’est sim­ple­ment jouissif).

AbounI
AbounI
31 mai 2020 17 h 52 min
Répondre à  FemelleAlpha

Je te com­prends entière­ment, enfin un cRPG digne de ce que ce doit être.
Ravi de trou­ver un(e) com­pa­tri­ote qui lui fasse autant d’ef­fet qu’il a eu sur moi. Et que cette trad n’aies pas servie à rien de surcroit

AbounI
AbounI
13 juin 2020 21 h 55 min
Répondre à  FemelleAlpha

Une méca ça va, 3 et bon­jour les dégâts. Nan, ils m’ont pour­ri la vie dans DR, le dernier, celui qui vous tire dessus tan­dis que 2 autres vous pren­nent par les flancs. Vrai­ment douloureuse cette dernière salle de garde du com­plexe. Je ne l’ai réus­si qu’une seule fois, longgg long­time ago.
Par con­tre, le fait de pou­voir en inté­gr­er un dans son ‘par­ty’, c’est un énorme avan­tage pour la suite.

Mer­ci au pas­sage du com­pli­ment sur la qual­ité de la tra­duc­tion effec­tuée. Je crois com­pren­dre que tu as su relever quelques pas­sages assez stylés d’un bel effet. Big up !

AbounI
AbounI
14 juin 2020 15 h 08 min
Répondre à  FemelleAlpha

Vince a infor­mé la com­mu­nauté que s’ils devaient/pouvaient repren­dre l’u­nivers d’AoD, ça se passerait chez les Quan­taars, his­toire qu’on con­naisse leur ver­sion de l’his­toire : pourquoi sont-ils venus chercher de l’aide, quelle est la cause de l’embrouille qui a engen­dré la guerre, etc .. ?
Une belle idée à mon sens

AbounI
AbounI
25 juin 2020 0 h 38 min
Répondre à  FemelleAlpha

Très com­pliqué de mod­der AoD, Sun­fire et ses con­frères russe ont essayé de finir du cut-con­tent à savoir le Bro­ken Bridge, mais il leur man­quait un ani­ma­teur. Cela dit, ils ont réus­si à faire revenir le back­ground du Vétéran dans un autre mod. Un paquet de dia­logues à refait sur­face, une vignette de plus pour l’en­trée en jeu, et quelques sit­u­a­tions inédites. Je te con­seille déjà le Com­mu­ni­ty Edi­tion, mais on l’a pas traduit, sache le, tout est là : http://www.irontowerstudio.com/forum/index.php/topic,7451.0.html Sinon, mer­ci à toi, tu m’as don­né une furieuse envie de retourn­er dans la Deux­ième Chance, tu sais cette mine qui… Lire la suite »

Yolix
Yolix
9 octobre 2022 15 h 19 min

Salut, mer­ci pour ce test que j’ai décou­vert grâce à une éval Steam & je ne regrette pas car votre site me cor­re­spond par­faite­ment, hâte de me plonger dans cette aven­ture (lorsque j’en aurais le temps :/ )

12
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x
%d blogueurs aiment cette page :