Fury Unleashed, plate-forme et bande dessinée font-elles bon ménage ?

fury unleashed
Temps de lec­ture : 5 min­utes

Dernière mise à jour le 6 sep­tem­bre 2022 par Femel­leAl­pha

Fury Unleashed

  • Date de sor­tie ini­tiale : 8 mai 2020
  • Développeur : Awe­some Games Studio
  • Édi­teur : Awe­some Games Studio
  • Plate-forme : PC, MAC, ONE, PS4, Switch
  • Caté­gorie : Plate-forme

Avec son image de Shoot­er aux gros bras nerveux et pleins de bonnes inten­tions, Fury Unleashed viendrait dra­guer tout bon ama­teur d’ar­cade en 2D. Nous incar­nons Fury, un sol­dat bien stéréo­typé par­tit pour com­bat­tre un mal antique dans la forêt amazonienne…

 

Fury Unleashed nous plonge dans le rôle d’un héros de bande dessinée

Dans Fury Unleashed, nous pro­gres­sons dans un univers de bande dess­inée de bulle en bulle. Le jeu en lui-même se décom­pose en dif­férentes bulles, avec une plate-forme générée aléa­toire­ment dans laque­lle nous devons net­toy­er dif­férents paliers pour avancer comme dans tout bon Run’N’­Gun, en vit­ri­fi­ant toute la zone à coup de fusil automatique.

 

fury unleashed

Et c’est par­ti pour le pre­mier des trois mon­des, qui sont en fait des ban­des dessinées.

fury unleashed

Les niveaux du jeu se présen­tent sous la forme d’une bande dessinée.

 

Une sub­til­ité vient tout de même s’a­jouter au tableau, car dans Fury Unleashed la mort est défini­tive ! À chaque fin de par­tie, il fau­dra recom­mencer l’ensem­ble du chapitre dans lequel vous étiez engagé, per­dant au pas­sage tous les bonus et armes accu­mulés. S’il est cer­tain que les ama­teurs seront séduits, je m’at­tendais pour ma part à un tout autre jeu plutôt basé sur l’ex­plo­ration de dif­férents niveaux avec un côté RPG per­me­t­tant l’amélio­ra­tion de son per­son­nage à l’aide d’une mon­naie récoltée sous la forme d’en­cre dans le jeu. Cette mort per­ma­nente empêche pour ma part tout attache­ment au per­son­nage, mais aus­si tout intérêt à col­lecter les nom­breuses armes et amélio­ra­tion que nous trou­vons sur notre route. Et comme Fury Unleashed est très puni­tif, il fau­dra pass­er par la case départ un paquet de fois !

Lire plus :  Avec Cuckold Simulator, vivez la vie de rêve d’un mâle bêta !

 

La mort est récur­rente dans Fury Unleashed et lorsqu’elle inter­vient, il fau­dra recom­mencer tout le chapitre en cours, en aban­don­nant nos armes et attrib­uts. Seuls les points de tal­ents persistent.

 

Il est pos­si­ble d’amélior­er notre per­son­nage avec des armes et armures éphémères que nous per­dons en cas de mort.

 

Un autre aspect qui ne fera pas l’u­na­nim­ité est le choix de cette direc­tion artis­tique inspirée de l’u­nivers de la bande dess­inée. Autant vous dire si vous n’ac­crochez pas à l’u­nivers BD et Com­ic cela va vite vous refroidir.

 

Fury Unleashed con­tentera les ama­teurs de bande dess­inée et comics avec sa direc­tion artis­tique très inspirée dans le genre.

 

Fon­da­men­tale­ment, les niveaux demeurent vite répéti­tifs et peu équili­brés, faute encore une fois à cet aspect roguelite et cette généra­tion automa­tique du monde. Out­re le choix de la bande dess­inée, le jeu est graphique­ment digne d’un jeu pour mobile avec ses tex­tures pau­vres, ses courbes linéaires, et ses ani­ma­tions d’un autre âge ! Impar­donnable, lorsque l’on sait que cer­tains stu­dios parvi­en­nent encore de nos jours à faire de mag­nifiques jeux dans le genre plate-forme avec une sim­ple 2D, comme ce Val­faris gon­flé à bloc testé précédem­ment.  À l’in­verse, les Boss eux sem­blent avoir béné­fi­cié d’un soin tout par­ti­c­uli­er et demeurent plutôt réus­sis graphique­ment par­lant, fac­teur ayant d’ailleurs con­tribué à mon envie de tester Fury Unleashed.

 

Indépen­dant de son aspect comics à l’ap­pré­ci­a­tion sub­jec­tive, graphique­ment, le jeu est hélas assez pau­vre et digne d’une appli­ca­tion smart­phone. Seuls les Boss sem­blent avoir été davan­tage travaillés.

 

Fury Unleashed casse même le quatrième mur

Alors, me diriez-vous, que reste-t-il de ce Fury Unleashed ? Eh bien, pour les ama­teurs d’u­nivers comics, le ton pour­ra être appré­cié notam­ment avec ce qua­trième mur régulière­ment brisé par les développeurs nous partageant leur état d’âme à tra­vers des petites scènes de dia­logues et de remise en ques­tion existentielle.

Lire plus :  The Park, allons-nous refaire un tour ?

Durant votre aven­ture, les développeurs parta­gent quelques petites scènes sur leurs états d’âme, brisant au pas­sage le qua­trième mur.

 

Le game­play est cor­rect, bien que l’in­er­tie de Fury laisse à désir­er, les sen­sa­tions sont bien là et le chal­lenge est de taille, il sera néces­saire d’user de tous les moyens à notre dis­po­si­tion pour espér­er avancer. Les com­bats de Boss sont hauts en couleur, même si de manière générale, les dif­férents pro­jec­tiles à esquiver se dis­tinguent par­fois mal des décors, aug­men­tant arti­fi­cielle­ment la difficulté.

 

Cer­tains Boss sont quand même sym­pas et relèvent un peu le niveau

 

Un aspect RPG en demi-teinte

Fury Unleashed laisse libre cours à la per­son­nal­i­sa­tion de notre héros, entre chaque mort, il vous est pos­si­ble d’amélior­er cer­taines car­ac­téris­tiques par le biais de points de tal­ents. Ces points de tal­ents sont eux per­ma­nents et encour­a­gent donc à recom­mencer notre par­tie après chaque mort, même si les amélio­ra­tions man­quent un peu de fun et se ressen­tent finale­ment peu.

Il est pos­si­ble d’amélior­er notre per­son­nage avec des points de tal­ents permanents.

En out­re, il est aus­si pos­si­ble de mod­i­fi­er le visuel de notre per­son­nage, fonc­tion quelque peu gad­get et dont le plaisir sera intime­ment lié à votre appré­ci­a­tion générale de la direc­tion artistique.

Il est pos­si­ble de mod­i­fi­er l’ap­parence de Fury.

 

Les +

  • Les com­bats de Boss sont plutôt bons
  • Game­play assez vif
  • L’aspect RPG présent…

Les -

  • … Réduit à néant avec la mort définitive,
  • Et donc un sen­ti­ment de répétition
  • Graphique­ment proche d’un jeu pour smartphone
  • Niveaux générés aléa­toire­ment, mau­vais équilibrage
  • Seule­ment trois envi­ron­nements à explorer
Lire plus :  Bloodstained : Ritual of the Night, le Castlevania du pauvre ?

Note globale de Fury Unleashed

Je laisse à la libre appré­ci­a­tion à cha­cun sur le juge­ment du choix fait par les développeurs avec cette inspi­ra­tion comics et l’aspect fatal du roguelite. Pour ma part, j’ai eu du mal à adhér­er à ce dernier principe, car il est impos­si­ble de con­stru­ire une réelle iden­tité à notre per­son­nage qui est éphémère. Cela devient même vite répéti­tif ! Fury Unleashed peut tout de même représen­ter un moment de détente pour ceux appré­ciant juste­ment la direc­tion artis­tique et le choix fait sur la mort. Un petit jeu défouloir avec un bon chal­lenge cependant.


Le mot de la fin : Si les défauts tels que je les ai ressen­tis et dévelop­pés dans ce test ne sont pas réd­hibitoires pour vous, voir qual­i­tat­ifs, alors les moins exigeants pour­raient ajouter une pépite à ce Fury Unleashed et ten­ter l’aventure.

 

Fury Unleashed a été testé grâce à une clef envoyée par les développeurs.

5 1 vote
Éval­u­a­tion de l’article
S’abonner
Notification pour
guest

0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x
%d blogueurs aiment cette page :