Avec Cuckold Simulator, vivez la vie de rĂŞve d’un mâle bĂŞta !

cuckold simulator
Temps de lec­ture : 5 min­utes

Dernière mise à jour le 6 sep­tem­bre 2022 par Femel­leAl­pha

Cuckold Simulator : Life as a Beta Male Cuck

  • Date de sor­tie ini­tiale : 4 mai 2021
  • DĂ©veloppeur : Team Sneed
  • Édi­teur : Team Sneed
  • Plates-formes : Microsoft Windows
  • Caté­gorie : Aventure

Si un genre vidĂ©oludique se prĂŞte bien aux pires extrav­a­gances, c’est bien celui des sim­u­la­tions ! Vous avez dĂ©jĂ  for­cé­ment enten­du par­ler de ceux sur le trans­port routi­er ou encore sur l’agriculture. La plate­forme steam n’en tar­it pas ! Mais ĂŞtes-vous prĂŞt Ă  dĂ©cou­vrir ce Cuck­old Sim­u­la­tor, lit­tĂ©rale­ment un sim­u­la­teur de cocu ? S’il va sans dire qu’incarner le pire mâle bĂŞta qui soit, change quelque peu des hĂ©ros habituels, la for­mule pro­posĂ©e par ce Cuck­old Sim­u­la­tor promet sur le papi­er une bonne dose d’humour grinçant, qui ne plaira pas Ă  tout le monde.

Des clichĂ©s dĂ©complexĂ©s : vous ĂŞtes le cocu de service

Cuck­old Sim­u­la­tor repose entière­ment sur un con­cept très sim­ple, celui d’être plongĂ© dans la vie d’un immense loos­er, qui n’est respec­tĂ© ni par sa femme ni par ses enfants ni par son Boss. Nous incar­nons Cuck­old, prob­a­ble­ment un nou­v­el act­if, qui se fait Ă©cras­er par tout le monde. Bien vite, nous dĂ©cou­vrons notre foy­er, partagĂ© avec notre adorable femme, mais vous vous en doutez, pas unique­ment ! Et mĂŞme au tra­vail, c’est la cat­a­stro­phe. Cuck­old Sim­u­la­tor tente de faire belle grâce Ă  ce patron vĂ©reux, et Ă  ces employĂ©s nĂ©vrosĂ©s, sans visages.

Lire plus :  Primal Light, le jeu de plate-forme inspirĂ© du folklore prĂ©historique !

cuckold simulator

Notre Cuck­old de com­péti­tion, aus­si bon qu’ingrat.

 

Mais alors, quel plaisir pour­rions-nous trou­ver, nous autres joueurs, en endos­sant le rĂ´le d’une ser­pil­lière humaine goulu­ment trompĂ© par femme, sous ses yeux ? SĂ»re­ment celui de se pay­er une bonne tranche d’humour noir. Car dans ce domaine, Cuck­old Sim­u­la­tor nous est ven­du comme allant très fort dans le poli­tique­ment incor­rect, sur­fant allè­gre­ment sur d’énormes clichĂ©s autour des priv­ilèges com­mu­nau­taires, du salari­at, du mĂ©tis­sage et de l’infidĂ©litĂ©.

 

cuckold simulator

Voici l’image du foy­er d’un mâle bêta dans Cuck­old Simulator

 

OsĂ©, me diriez-vous, plutĂ´t orig­i­nal mĂŞme pour un jeu vidĂ©o, la for­mule a au moins le mĂ©rite de fonc­tion­ner auprès de son pub­lic, et nous com­prenons rapi­de­ment que rien n’est Ă  pren­dre au sĂ©rieux en lançant cette mer­veille vidĂ©oludique. MĂŞme le dĂ©veloppeur admet ne pas avoir opti­misĂ© son jeu durant l’écran de chargement !

 

Cuckold Simulator, un gros nanar, vraiment ?

Mais finale­ment passĂ© l’effet de sur­prise, que reste-t-il Ă  ce petit Cuck­old Sim­u­la­tor ven­du pour deux sous sur Steam ? Comme nous le red­outions, pas grand-chose. Au bout de la pre­mière demi-heure de jeu, soit un peu moins de la moitiĂ© de sa durĂ©e de vie, l’euphorie laisse place Ă  l’ennui. Les per­son­nages inter­ac­t­ifs se comptent sur les doigts d’une main, tout comme les zones Ă  vis­iter, si bien que le tour du pro­prié­taire est vite fait. Alors oui, nous sommes sur un jeu indĂ© qui a tout du gros nanar, on le sait depuis le dĂ©part.

Si l’on peut par­don­ner au jeu d’être volon­taire­ment moche, l’absence d’animation et l’aspect déser­tique des niveaux est inacceptable.

 

Lire plus :  (TEST FR) Gamedec, un Disco Elysium cyberpunk Ă  la sauce polonaise ?

Mais quand mĂŞme ! Les PNJ n’ont pas d’animation, les zones sont lit­tĂ©rale­ment mortes et sta­tiques, très peu de dia­logues, aucun texte, seuls quelques clins d’œil par-ci par-lĂ  vien­nent nous apporter un petit souf­fle­ment de nez. Moins par­donnable encore, mĂŞme le script des dia­logues est pass­able, sans finesse ! C’était pour­tant tout ce que l’on attendait de ce jeu, des dia­logues mar­rants, mais qui Ă  vouloir trop faire dans la surenchère, ne sont plus drĂ´les. Ă€ l’image d’un Ă©norme gâteau trop sucrĂ©, bon les deux pre­mières bouchĂ©es, mais vite Ă©cĹ“u­rant par manque de con­tenu. Dommage !

 

cuckold simulator

La scène avec le boss en arrivant en retard au tra­vail aurait pu être drôle. Mais la surenchère des dia­logues fait tout tomber à l’eau.

 

Un concept intéressant, mais largement inexploité

Typ­ique­ment, Cuck­old Sim­u­la­tor fait par­tie de ces jeux qui auraient pu ĂŞtre bons, avec un peu plus de moyens. Si Ă©videm­ment, retra­vailler les dia­logues et ajouter plus du con­tenu est la pre­mière chose Ă  faire, il aurait Ă©tĂ© intĂ©res­sant d’apporter cette dimen­sion de sim­u­la­teur au pas­sage ! Pourquoi ne pas avoir creusĂ©, pour ce faire, l’aspect RPG qui aurait col­lĂ© Ă  mer­veille au con­cept du jeu ? DĂ©jĂ , pou­voir nom­mer son per­son­nage et dĂ©velop­per (beau­coup) les dia­logues, avec des formes de rĂ©pons­es Ă  choix mul­ti­ples exerçant une influ­ence sur le cours de l’histoire du jeu, aurait Ă©tĂ© un bon dĂ©but !

Pour aller plus loin, il aurait Ă©tĂ© pos­si­ble de bien mieux exploiter l’aspect ges­tion-sim­u­la­tion, en devant gĂ©r­er cours­es et fac­tures pour entretenir ce qui nous sert de femme et de foy­er. Pourquoi ne pas avoir inté­grĂ© ne serait-ce qu’un sim­ple inven­taire, ou mĂŞme plus sim­ple­ment un point-and-click ? Les portes Ă©taient nom­breuses, et un peu plus d’imagination aurait pu plac­er ce titre au rang qu’il mĂ©rite dans le paysage de l’humour satyrique.

Lire plus :  Gris, une odyssĂ©e avant-gardiste empreinte de poĂ©sie ?

 

Cer­tains clichés restent quand même drôles

 


Les +

  • Un con­cept et une satire Ă  gros potentiel â€¦

Les –

  • … Mais totale­ment sous-exploitĂ©
  • Trop de surenchère dans les dia­logues, qui devi­en­nent du coup beau­coup moins drĂ´le
  • Un per­son­nage cocu par sa femme et c’est tout
  • Un nanar OK, mais rĂ©al­i­sa­tion bâclĂ©e
  • Des temps de charge­ment affreuse­ment longs
  • DurĂ©e de vie très faible, zones minus­cules, manque de contenu

 

Note globale de Cuckold simulator

 

Une dĂ©cep­tion avec ce petit Cuck­old Sim­u­la­tor qui, sur le papi­er, avait un bon poten­tiel avec son con­cept bien acide. On en espĂ©rait un peu plus ! Le tout aurait mĂ©ritĂ© un meilleur investisse­ment, de meilleures fonc­tion­nal­itĂ©s et davan­tage de con­tenu. Car si la bande-annonce vous a fait rire, tout comme le cĂ´tĂ© can­dide du cocu, en l’état vous avez dĂ©jĂ  vu la qua­si-total­itĂ© du jeu qui se rĂ©vèle beau­coup moins poilant qu’il ne le laisse entendre.

 

 

5 2 votes
Éval­u­a­tion de l’article
Résumé
software image
Note
1star1stargraygraygray
Note de Cul­ture Underground
1 based on 2 votes 
Nom du jeu
Cuck­old Simulator
Plate­forme
Microsoft Win­dows
Soft­ware Category
Sim­u­la­tion
Prix
EUR 1.59
Page du jeu
S’abonner
Notification pour
guest

0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x
%d blogueurs aiment cette page :