Shadowrun Ruturns un RPG tactical au background prometteur

shadowsrun
Temps de lec­ture : 4 min­utes

Dernière mise à jour le 16 jan­vi­er 2022 par Femel­leAl­pha

Shadowrun Returns

  • Date de sor­tie ini­tiale : 25 juil­let 2013
  • Moteur De Jeu : Unity
  • Développeur : Hare­brained Schemes
  • Édi­teur : Hare­brained Schemes
  • Con­cep­teur : Jor­dan Weisman
  • Plates-formes : Android, Microsoft Win­dows, iOS, Lin­ux, Mac OS
  • Caté­gorie : Tac­ti­cal RPG

Un background prometteur

L’univers de Shad­owrun Returns nous plonge dans une lanci­nante dystopie cyber­punk. Dans un monde où magie trône avec le piratage infor­ma­tique. Nous voici à Seat­tle, en 2054, une ville rav­agée par la drogue, l’alcool et la délin­quance. Vous incar­nez un Shad­owrun­ner, une sorte de mer­ce­naire prêt à faire n’importe quel sale boulot, du moment que ça paye la bouffe.

Légu­mant dans votre apparte­ment miteux vous devez vous ren­dre à l’év­i­dence : les comptes sont loin d’être floris­sants. Mais, par mir­a­cle, vous recevez l’ap­pel post-mortem préen­reg­istré d’un ancien com­parse qui vous invite à enquêter sur les cir­con­stances de son décès moyen­nant finance. Une occa­sion en or !

La création de personnages

Com­ment dans presque tous les RPGs, vous pou­vez choisir l’ap­parence de votre per­son­nage, son por­trait et son sexe. Ensuite il vous fau­dra choisir une race, un arché­type, et une étiquette.

Votre arché­type influ­ence la manière dont se déroulent les com­bats, certes, mais il est aus­si pos­si­ble de créer un run­ner à sa sauce en piochant dans chaque spécialité.

Lire plus :  Helpless, une tranche d'horreur bien rétro

L’ar­bre de tal­ents peut paraître à pre­mière vue com­pliqué, avec un peu d’en­traîne­ment vous saurez par­faite­ment où et com­ment dépenser vos points de kar­ma acquis lors de com­bats ou quêtes.

Shadowrun Returns : Les archétypes

Shad­owrun Returns vous pro­pose de créer un run­ner (per­son­nage) par­mi 6 arché­types dif­férents, le per­son­nage incar­né peut être féminin ou masculin

  • Samouraï des rues : des guer­ri­ers indépen­dants qui se don­nent pour objec­tif d’anéan­tir la racaille,
  • Mage : bal­an­cent des sorts un peu bourrins
  • Deck­er : pira­tent la matrice grâce à son cyberdeck
  • Chaman : invo­quent des esprits
  • Rig­ger : com­bat­tent à l’aide de drones
  • Adepte Physique : des com­bat­tants au corps à corps qui utilisent leur magie intérieure (comme un moine dans Bal­dur’s Gate)

Les races

Chaque race donne un bonus, je vous laisse les décou­vrir en jouant au jeu !

  • Humain,
  • Elfe,
  • Nain,
  • Ork,
  • Troll.

Les étiquettes

L’in­térêt des éti­quettes est à mon sens lim­ité. Cen­sées par­faire le back­ground de votre per­son­nage, elles sont en réal­ité peu utiles pen­dant le jeu si ce n’est : soutir­er un peu plus d’ar­gent à vos “employeurs” et manip­uler les PNJs.

  • Cor­po­ra­tion
  • Sécu­rité
  • Gang
  • Mon­dan­ité
  • Shad­owrun­ner
  • Rue
  • Recherche

Les graphismes

L’am­biance RPG old-school transparaît par­faite­ment à tra­vers les graphismes de Shad­owrun Returns, un mélange entre noirceur et déca­dence. Il y a dans ce jeu quelque chose de poé­tique, une ambiance presque love­crafti­enne qui se prête très bien à une enquête poli­cière dans une dystopie cyberpunk.

Shadowrun Returns un RPG ?

Claire­ment pas ! Un tac­ti­cal oui d’ac­cord. Les dia­logues n’ont pas d’im­por­tance sur la suite des événe­ments, et le seul choix que vous pou­vez faire est celui de fin de jeu…

Lire plus :  Fury Unleashed, plate-forme et bande dessinée font-elles bon ménage ?

La cam­pagne est divisée par “niveau”, une fois que vous changez de carte vous ne pou­vez plus revenir en arrière. Je veux bien croire qu’un jeu cyber­punk se doit d’être futur­iste… et tou­jours voir vers l’avenir, mais là… on suit tout bon­nement une route tracée…

Les per­son­nages sec­ondaires man­quent claire­ment de pro­fondeur, comme les dia­logues… À aucun moment je n’ai sen­ti d’at­tache­ment nais­sant à tel ou tel per­son­nage, à aucun moment je n’ai eu peur que l’un d’en­tre eux meure… S’il est aus­si pos­si­ble d’embaucher des run­ners pour par­tir à l’aven­ture, je vous ras­sure, ils seront bien silencieux !

Un bon point pour la matrice !

S’il y a, je pense un point qui mérite d’être félic­ité, c’est bien la présence de la “matrice”. Une sorte de monde virtuel auquel vous pou­vez accéder par le biais de vos com­pagnons pour rem­plir cer­taines mis­sions, ou dans lequel vous pou­vez aller tout seul si vous êtes … deck­er ! La pru­dence y est mère de sûreté car vous pou­vez aus­si y mourir. Mais les capac­ités que vous serez amené à utilis­er sont bien dif­férentes de celles de la vraie vie et méri­tent d’être testées.

Mal­heureuse­ment, ayant joué un mage, je n’ai pas pu prof­iter pleine­ment de la matrice, seule­ment à tra­vers quelques quêtes.

Shadowrun Returns : La durée de vie

Une douzaine d’heures pour la cam­pagne “Dead Man’s Switch”, ce qui est cor­rect en sachant que ma ver­sion inclut aus­si “Drag­on­fall” que je vais prochaine­ment essayer 🙂

La bande-son

Sym­pa­thique bande-son, on y retrou­ve l’am­biance d’un univers cyber­punk, de ce côté-là, pas de remontrances !

Lire plus :  Child of Light, un jeu de plateforme-RPG sous forme de conte de fées pour adulte

Les +

Les séjours dans la “matrice” qui cassent un peu la rou­tine du jeu.

Les -

Le côté RPG pas assez développé.


Note globale de Shadowrun Ruturns

 

Comme action RPG, une belle décou­verte, mais manque de transcendance.


Si l’u­nivers de Shad­owrun est respec­té et dégage “quelque chose”, à mon sens la fran­chise est ici mal exploitée. Le jeu est pau­vre tant sur la nar­ra­tion que sur le back­ground des per­son­nages, seul le sys­tème de com­bat sauve un peu la mise.  J’ai comme le sen­ti­ment que ce titre a été bâclé par le stu­dio, et que les développeurs ne sont pas allés au bout de leurs idées. Déce­vant pour un jeu ayant vu le jour grâce à une cam­pagne Kick­starter ‚à l’in­star de Sty­gian : Reign of Chaos qui laisse un goût d’inachevé !


Finale­ment, s’il faut retenir une chose de cette review c’est que pour une joueuse qui comme moi, est férue de lec­ture, la par­tie la plus léchée de la nar­ra­tion reste celle des écrans de chargements !

3 1 vote
Éval­u­a­tion de l’article
Résumé
software image
Note
1star1star1stargraygray
Note de Cul­ture Underground
3 based on 1 votes 
Nom du jeu
Shad­owrun Ruturns
Plate­forme
Microsoft Win­dows, OS X
Soft­ware Category
RPG
Prix
EUR 14,99
Page du jeu
S’abonner
Notification pour
guest

0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x
%d blogueurs aiment cette page :