Tides of Numenera : la suite spirituelle de Planescape Torment ?

Temps de lecture : 7 minutes

 torment-tides-of-numenera

 

Torment : Tides of Numenera

  • Date de sortie initiale : 28 février 2017
  • Moteur De Jeu : Unity
  • Développeur : inXile Entertainment
  • Éditeur : Techland
  • Concepteurs : Colin McComb, George Ziets, Adam Heine
  • Plates-formes : PlayStation 4, Xbox One, Microsoft Windows, Linux, Mac OS
  • Catégorie : RPG

Sur les traces de Planescape Torment

Le joueur incarne le « Dernier Reliquat », dernier réceptacle de la conscience du Dieu Changeant , qui a su extraire son âme de son corps et la placer dans d’autres, créés dans ce but. Les autres corps, les anciens reliquats sont abandonnés, mais ne meurent pas et développent une conscience dépourvue de souvenirs.

Le Dieu Changeant – et de ce fait le dernier reliquat – sont poursuivis par l’Affliction, une terrible créature, qui cherche à les détruire.

Tides of Numenera : Synopsis

Tides of Numenera se déroule dans le « Neuvième Monde », sur Terre, dans un futur lointain où plusieurs civilisations ont prospéré avant de disparaître en laissant derrière elles des ruines et reliques des temps anciens. Les artefacts magiques qui demeurent se nomment les « numenéras ».

Le jeu démarre in medias res : sans savoir qui vous incarnez, vous chutez du ciel. Le choc avec le sol semble inévitable. Vous finissez par heurter brutalement le sol. Bonne nouvelle, vous n’êtes pas mort, seulement atteint d’une amnésie totale. Deux joyeux lurons fascinés par votre tatouage – symbole des reliquats du Dieu Changeant (ça vous commencez à vous en souvenir et vous construisez un labyrinthe convivial dans votre esprit) – seront à vos côtés pour cet éveil quelque peu brutal et guideront vos premiers pas dans cet univers pour l’instant inconnu.

Tides of Numenera

Tides of Numenera emprunte le moteur graphique de Pillars of Eternity et nous offre une expérience en 3D isométrique qui ravira les nostalgiques de Baldur’s Gate. Les décors et textures sont variés, soignés et travaillés. Chaque lieu, carte, bâtiment, personnage a un je-ne-sais-quoi original qui donne de la profondeur au jeu.

Tides of Numenera, un jeu axé sur les dialogues

Tides of Numenera est un RPG old school où les dialogues tiennent une place importante. Chaque PNJ présente une certaine profondeur et un background travaillé ce qui ravira les amateurs de jeu de rôle papier.  Les quêtes peuvent être résolues de différentes manières. Par la diplomatie et la persuasion ou bien en employant la force.

Point de combat, chaque situation houleuse est appelée crise. Vous pouvez la résoudre pacifiquement, ou en venir aux mains. Chacun sa philosophie. Régulièrement vous serez amenés à faire des jets de puissance, agilité ou encore intellect. Soit vous vous collez à cette tâche, soit vous laissez vos compagnons le faire à votre place. Plus vous dépensez de points de puissance, agilité ou intellect, plus vous avez de chance de réussir et de ce fait, résoudre le conflit pacifiquement. Attention tout de même à les utiliser avec parcimonie, pour les récupérer vous devrez soit utiliser des objets, soit vous reposer.

Les classes

Tides of Numenera vous offre trois classes : (femme ou homme)

  • glaives : ce qui correspond vaguement à un guerrier,
  • nano : une sorte de mage,
  • jack : une classe intermédiaire, un mix des deux.

Chaque niveau supplémentaire vous permet de monter :

  • Votre réserve (puissance, célérité, intellect)
  • Votre avantage
  • Votre effort (le nombre d’actions par tour)
  • Vos capacités
  • Vos talents

Les différents objets

Les Cyphers

Lors de votre exploration du “Neuvième Monde” vous ramasserez des cyphers. Ce sont des objets consommables qui s’équipent automatiquement dans votre inventaire. Une fois consommés lors d’un combat, les cyphers disparaissent. Attention à ne pas en ramasser trop : en effet le fait d’en porter trop vous donnera des malus non négligeables.

Les artefacts

Contrairement aux cyphers, les artefacts sont des objets équipables tels des capes, armes, armure etc.

Les curiosités

Les curiosités ont toutes une histoire et n’ont pas trop d’intérêt, sauf quelques-unes, si ce n’est être revendues à des marchands.

Tides of Numenera : Les compagnons

Parce qu’il est toujours dangereux de se promener seul dans un monde quelque peu hostile, Tides of Numenera vous offre la possibilité de recruter des compagnons.

Sur 6 compagnons disponibles dans le jeu, vous pourrez en choisir 3 qui partiront à l’aventure avec vous et se battront à vos côtés.

Vous pourrez utiliser leurs points d’efforts pour réussir les quêtes, les exploiter au combat et bien évidemment les équiper ou les utiliser comme mules pour porter vos objets.

Du côté du background, rien à dire : ils ont tous une personnalité à part entière. Vous pourrez vous entourer d’un schizophrène, d’une petite fille qui parle à un “dieu” ou encore d’une sœur de fardeau : un autre reliquat du Dieu Changeant, comme vous, et bien d’autres encore…

Le système de Combat

Inutile de vous préciser que Tides of Numenera consiste en un système de combat tour par tour. Si lors d’une crise, vous choisissez la baston, voilà à quoi il faut vous attendre.

Patience est mère de sûreté

Étant une grande amatrice de Baldur’s Gate, je m’attendais à un système de combat équivalent. Mais dans Tides of Numenera, on s’ennuie. Les combats sont lents, les talents trop nombreux et très peu originaux. Plus on avance dans le jeu, plus on a tendance à éviter les combats, non pas par rôleplay, mais parce que c’est une vraie torture.

Tides of Numenera : Les différents types de dégâts

Si vous jouez, comme moi nano, vous pourrez choisir le type de dégâts que vous infligerez : énergétiques, chimiques, transdimensionnel ou mental.

Honnêtement, je n’y vois pas grand intérêt si ce n’est que chaque type inflige aux ennemis des malus différents.

Le décor

Parfois, certains combats peuvent être simplifiés en utilisant des éléments de décor : que ce soit pour réduire les dégâts, occuper les ennemis, etc. N’hésitez pas à en faire usage pour sauver votre peau.

Augmenter ses changes de toucher et les dégâts de vos attaques

Si après vous être fait un café, en attendant votre tour pour agir, vous voyez que les ennemis sont trop résistants, utilisez des points d’efforts (puissance, célérité, intellect) pour augmenter vos chances de toucher et les dégâts.

Sinon vous pouvez utiliser vos cyphers et autres objets.

Attention cependant à ne pas trop dépenser de points, sinon il vous faudra dormir.

Bonne nouvelle, si vous en avez assez de combattre : il vous reste une solution.

La fuite

Les ennemis sont plus forts que vous ? Bonne nouvelle, vous pouvez fuir le combat, attention tout de même à réunir votre équipe.

La mort

Bonne nouvelle ! Dans Tides of Numenera, la mort est rarement définitive et peut même être bénéfique.  Chaque fois où vous pensez que c’est la fin, vous vous retrouverez dans le labyrinthe de votre esprit. Pratique non ?

Tides of Numenera : Les flux

  • Les flux est un semblant de système d’alignement. Vos actions, vos paroles influent sur les flux de Tides of Numenera, ce qui influe sur la réaction des PNJ envers vous.
  • Flux Bleu
    • sagesse, le mysticisme
  • Flux Rouge
    • passion, action, impulsivité
  • Flux Indigo
    • justice, bonté, compromis général
  • Flux Or
    • charité, sacrifie, empathie
  • Flux Argent
    • admiration, gloire

Si l’idée est intéressante et change du traditionnel système manichéen : le bien contre le mal, il manque quelque chose. Le choix d’axer l’alignement sur la personnalité et non pas la morale ouvre plus de possibilité et de rôleplay différent. Ici c’est raté. Les flux n’influent (oui ça rime) que très peu sur le déroulement du jeu.

La durée de vie

Difficile de chiffrer la durée de vie d’un RPG. Tout dépend si vous êtes féru des quêtes secondaires ou non. Comptez entre une vingtaine et une trentaine d’heures, ce qui est pleinement satisfaisant.

La bande-son

La musique est vraiment immersive et illustre avec brio les différentes zones du jeu. Les bruitages n’énervent pas ni ne choquent, ce qui présente un sacré avantage. Quant aux voix, très peu de dialogues sont doublés, mais cela n’altère en rien l’expérience de jeu. L’abondance de textes se suffit ici à soi-même.


Les +

L’univers très travaillé, l’histoire du monde et les longs dialogues plairont aux rôlistes : on joue à Tides of Numenera, comme on lirait un livre. Les textes sont affreusement bien écrits et littéraires.

Les –

Le système de combat tout bonnement chiant.


Note Globale de Tides of Numenera

Un jeu bien verbeux comme on les aime !


Pour conclure : si vous êtes amateur des RPGs old school tels Baldur’s Gate ou encore Planescape Tornament, vous en avez pour votre argent. Le jeu présente une certaine beauté et poésie et est prenant.

Quant à moi, je reste convaincue qu’il est difficile de faire un RPG plus prenant et plus immersif que Arcanum: Of Steamworks and Magick Obscura. Qui plus est, le système de combat n’y était pas si mauvais que ça. 🙂

0 0 vote
Article Rating
Subscribe
Notify of
guest
0 Comments
Inline Feedbacks
View all comments